4 Octobre 2019

La station météo

Les lancements sont fortement soumis aux contraintes météorologiques, avec deux risques principaux pour le lanceur : le foudroiement en vol, et les vents en altitude. Pour anticiper ces situations, le Centre Spatial Guyanais s'est doté d'une station météo dès le début de ses activités, en 1968.

Située à 8 km du centre technique, la station météo est entièrement dédiée aux activités du CSG. Indispensable aux activités quotidiennes comme de préparation, elle fournit des prévisions sur les précipitations, le vent, la foudre et les masses nuagueuses. 

La station météo est l'une des premières installations du CSG : en activité depuis 1968, année du premier lancement depuis le CSG, elle a alors un rôle scientifique majeur, avec des expériences embarquées à bord de ballons-sondes, d'aéronefs puis de fusées-sondes


Lâcher de ballon sonde à la station météo du CSG

Des données météo indispensables à la sécurité au CSG

Au quotidien, les données fournies par la station météorologique du CSG jouent un rôle important sur les opérations de préparation des lancements. Des mauvaises conditions atmosphériques pourraient en effet rendre risquées des activités comme le transport de satellite, le transfert des lanceurs en zone de lancement, les opérations impliquant des matières dangereuses ou tout simplement des travaux en hauteur. Ainsi, les équipes de la station météo sont consultées avant chacune de ces opérations : si les analyses effectuées montrent d'un risque existe, l'opération est reportée.

Lors des lancements, le rôle de la météo s'intensifie encore : à partir de J-2 avant le décollage, la station fournit aux équipes de sauvegarde les "exposés météo", les prévisions météorologiques à l'heure visée du décollage. À J-0, plusieurs exposés météo sont à nouveau fournis, jusqu'à 10 minutes avant le lancement. Si les critères de sécurité ne sont pas remplis, la station alerte le centre de contrôle : la chronologie de lancement est suspendue jusqu'à que les conditions météorologiques le permettent, ou reportée à un jour ultérieur.

Foudre et vents en altitude, les deux critères principaux

Lors d'un lancement, 2 paramètres météorologiques sont susceptibles de nécéssiter l'arrêt de la chronologie : le risque de foudre et de forts vents en altitude.

Lancements de fusées et lâchers de ballons

Afin d'effectuer ses mesures, les opérateurs de la station météo du CSG effectuent des radiosondages : des lâchers de ballons-sonde pour compléter les observations mesurées au sol. Ces ballons s'élèvent jusqu'à 30 km d'altitude, emportant avec eux une sonde qui mesure des paramètres tels que la pression atmosphérique, la température ou encore l'humidité.

La foudre répresente un véritable danger pour les lanceurs, qui contiennent de fortes quantités de matière inflammables et explosives pour assurer leur propulsion. Ainsi, le lancement ne peut avoir lieu si des formations orageuses se trouvent à proximité de la zone de lancement.

Les vents n'ont aucune influence sur la trajectoire des lanceurs. Néanmoins, de forts vents en altitude peuvent être une raison de report de lancement. Il s'agit là d'une mesure de prévention liées aux produits de combustion du lancement, qui en cas de forts vents en altitude pourraient être dirigés vers des zones habitées avant de s'être complètement dispersés dans l'air. Ainsi, si l'orientation et la vitesse des vents en altitude est susceptible d'entraîner des retombées de particules de combustion hors des zones sécurisées, le lancement est reporté.

Les 4 grands types de missions de la station météo

  • Prévision : traitement des images satellites, exploitation des modèles numériques
  • Détection : mesure du champ électrostatique, traitement des images radar, détection de la foudre
  • Mesure : vent, pression atmosphérique, l'humidité, température, mais aussi radiosondage et observation du ciel par l'Homme.
  • Traitement, transmission et archivage des données
Opérateur météo au CSG
Suivi des conditions météo à la station du CSG