20 Août 2019

Des entreprises responsables

Au Centre spatial guyanais, le CNES est responsable de la protection de l'environnement. Il s'engage donc à réduire l'empreinte de ses établissements et activités et bâtit au CSG une transition énergétique à grande échelle. Production d'énergie renouvelable, optimisation de la consommation ou encore gestion des déchets... la démarche de développement durable s'inscrit dans tous les facettes de l'activité du centre. Au-delà de ces grands chantiers de transition verte entreprise par le CNES de manière globale, les autres sociétés du Port spatial de l'Europe font au quotidien des choix durables dans leur consommation de papier, de plastique, d'eau ou d'énergie.

is_rse-2021-113_le_cnes_s_engage_vf_maj.jpg

Le CSG, premier centre du CNES certifié ISO 14001

Le CSG est le premier des 4 centres du CNES à avoir été certifié ISO 14001, dès 2004. Une démarche exigeante qui demande l'implication de chaque salarié. Pour cela, les équipes en charge de l'environnement s'appuient sur une vingtaine de correspondants environnement issus des différents services du CNES en Guyane. Leur but est de mener diverses actions tout au long de l'année : sensibiliser les collègues aux écogestes, relayer les informations ou encore mener des actions environnementales

Organiser la sobriété énergétique des bâtiments

Les bâtiments sont un enjeu majeur de l'empreinte environnementale du Centre spatial guyanais. La climatisation, nécessaire pour garantir un bon confort hygrométrique, représente à elle seule 60 % de la consommation énergétique. Ainsi, les nouveaux bâtiments du CSG bénéficient de normes de construction plus vertueuses. Meilleure isolation thermique, utilisation de luminaires basse consommation, installation de panneaux solaires, ces bâtiments réduisent leur consommation d'électricité et produisent leur propre énergie.

Les bâtiments déjà existants font aussi l'objet d'évolutions visant à réduire la consommation d'énergie. C'est notamment le cas des ensembles de préparation des satellites. Leur activité exigeant des conditions de température et d'hygrométrie très contraignantes. Leur système de climatisation va donc être remplacé par un système automatisé. Via des algorithmes, il permettra de suivre la consommation de près et de l'adapter au juste besoin (jour, nuit, saison).

Et dans les autres entreprises du CSG ?

Les autres entreprises du CSG ont également pris la question de la climatisation à bras le corps : Arianespace a réussi à réduire sa consommation de 5 % depuis 2014, et la tendance reste à la baisse malgré l'ajout de nouveaux bâtiments.

Du côté d'Europropulsion, un chantier a été lancé afin de réduire la consommation électrique de 30 % d'ici un an. L'entreprise italienne mise notamment sur le solaire avec la rénovation de bâtiments incluant la pose de panneaux solaires.

odyssee_csg.jpg

Accueillant des bureaux, Odyssée est un des bâtiments du CSG à énergie positive.

Se tourner vers les énergies renouvelables

D'ici 2023, le CNES intégrera dans le réseau d'énergie du CSG 4 installations lui permettant de générer sa propre électricité :

  • 2 champs solaires mettront à profit le fort ensoleillement de la Guyane. D'une superficie de 5 hectares chacun, ils génèreront environ 10 mégawatts. Les deux champs seront distants l'un de l'autre pour éviter de voir leur production réduite simultanément par une seule masse nuageuse.
  • 2 centrales biomasse produiront de l'électricité grâce à la combustion de plaquettes de bois (issu de bois noyé de Petit Saut) séchées et passées dans une usine de gazéification. Ces centrales produiront par ailleurs du froid, utilisé par le CSG au cours d'opérations de préparation des lancements. L'électricité produite sera injectée dans le réseau EDF, profitant au reste de la Guyane.

Et dans les autres entreprises du CSG ?

Chez MT Aerospace, ce sont les véhicules qui se voient équipés de cellules photovoltaïques : celles-ci permettront d'alimenter les équipements des salariés en déplacement dans des endroits isolés, à la place des groupes électrogènes et batteries utilisées actuellement.


Vue d'artiste des futures centrales biomasse du CSG

Diminuer les émissions de gaz à effet de serre

Principal facteur d'émissions de gaz à effet de serre, les déplacements font l'objet d'une attention particulière au CSG.

Déplacements professionnels

Afin de limiter les déplacements, les salariés du CSG ont accès à des outils de visioconférence et de messagerie permettant la collaboration à distance. Ces moyens de télécommunications sont privilégiés aussi bien pour les déplacements sur le centre spatial que pour des déplacements régionaux ou internationaux.

Pour les activités nécessitant un déplacement professionnel sur le centre, le CNES met à disposition des salariés une flotte de véhicules électriques.

Déplacement domicile - travail

Le CNES favorise les transports partagés et propose à tous les salariés du CSG des bus faisant quotidiennement le trajet entre le centre et les communes de Kourou, Sinnamary, et de l'île de Cayenne.

Les salariés sont également encouragés à venir travailler à vélo et ont à disposition des douches, des abris-vélos et depuis 2020 une piste cyclable reliant le CSG à Kourou.

Et dans les autres entreprises du CSG ?

Si plusieurs entreprises telles que Peyrani ou Europropulsion se tournent vers les véhicules électriques, d'autres comme EES-Clemessy s'emploient à réduire l'impact du transport de matériel. Cet objectif passe par un regroupement des envois, notamment pour le matériel venant de France métropolitaine.

-50pour cent d'émissions de gaz à effet de serre

Entre 2015 et 2020, le CNES a réduit de 50 % les émissions de gaz à effet de serre de ses véhicules professionnels.


Depuis 2020, le CSg est relié à Kourou par une piste cyclable.

Réduire sa consommation de ressources naturelles

Au-delà de la rénovation de ses bâtiments, le CNES met en œuvre des actions de réduction de sa consommation de papier et d'eau. Cette dernière passe notamment par une surveillance accrue des fuites. Quant au papier, il est issu de forêts gérées durablement.

Les salariés sont également invités à prendre part à ces objectifs de réduction en appliquant des gestes écologiques à la portée de tous.

Et dans les autres entreprises du CSG ?

Chez Arianespace, des opérations de suivi précis de la consommation d'eau ont permis une réduction drastique : - 60 % pour l'eau industrielle et -78 % pour l'eau potable entre 2017 et 2019.

L'opérateur de lancement a également mis en place un nouveau système d'impression, réduisant ainsi de 43 % la consommation de papier. Pour Europropulsion, la réduction passe par la dématérialisation, avec l'informatisation de toutes les procédures et la mise à disposition de tablettes auprès des salariés.

Mais les déchets sont aussi numériques. Ainsi, le groupe EES-Clemessy incite ses salariés au tri numérique, libérant de cette manière les serveurs de stockage très énergivores.

4/5ede papier en moins en 10 ans

Entre 2010 et 2020, le CNES a divisé sa consommation de papier au CSG par 5 grâce à la sensibilisation de salariés mais aussi la mise en place d'outils numériques.

Favoriser une alimentation plus respectueuse de l’environnement

Le CNES cherche à agir pour l’environnement dans la conduite de ses projets et de ses activités. Cela comprend également le fonctionnement de son restaurant d’entreprise où il s’emploie à proposer aux salariés du CSG des plats composés à partir de produits locaux.

inauguration_cafeteria_gaia_part2_033.jpg

Cafétéria du CSG

Mieux gérer les déchets

En Guyane, il n'existe pas d'unité de traitement ou de recyclage pour l'ensemble des déchets. Une partie est envoyée en métropole dans des centres de traitement agréés. Mais en amont, leur collecte, leur tri par compatibilité, leur conditionnement et leur transport sont soumis à des normes réglementaires d'hygiène et de sécurité auquel le CNES se soumet. La gestion des déchets est donc assurée au sein du CNES et ceci par différents organismes prestataires.

Ces aspects de la politique environnement du CNES s'appliquent à tout le domaine du CSG, soit la base spatiale, bien entendu, mais aussi le port de Pariacabo ou les îles du Salut.

Et dans les autres entreprises du CSG ?

Au CSG, chaque industriel est responsable de la gestion de ses déchets. Chez Europropulsion, un tri est d'abord fait pour séparer les différents types de déchets, ensuite stockés dans une zone dédiée en attendant leur traitement. Pour le papier, l'entreprise s'est dotée d'une broyeuse et fournit les résidus ainsi obtenus à un agriculteur local.

Chez Air Liquide, un travail est en cours avec la Direction générale des territoires et de la mer. L'objectif est de proposer 2 types de déchets industriels aux agriculteurs guyanais : la perlite et les boues de station de traitement de surface. La première une roche volcanique utilisée dans les usines d'Air Liquide comme isolant, peut-être répandue dans les sols afin de les aérer. Les secondes, traitées afin d'éliminer les molécules toxiques, sont riches en phosphate. Air Liquide proposerait ces produits aux agriculteurs une fois leur qualification de "déchet environnemental" levée.

-36pour cent de déchets

Entre 2015 et 2020, la masse de déchets générés par le CNES et ses prestataires au CSG a diminué de 36%.


Une fois trié, le papier d'Europropulsion est broyé puis donné à un agriculteur.



Protéger la biodiversité

Le domaine du CSG est couvert d’importants espaces naturels (forêt, savane, mangrove, marais). Pour les conserver, le CNES a remis à jour son plan de gestion de la biodiversité du CSG et s’est engagé, au travers d’Act4Nature, à réemployer des zones déjà artificialisées pour y conduire ses projets et à pérenniser ses sentiers de randonnées et de balade.

Plus d'informations sur la protection de la biodiversité au CSG

tampon_een_generique.png