20 Août 2019

Une base européenne

Le port spatial de l'Europe garantit aux 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne un accès indépendant à l'espace.
Rond-point d'entrée au CSG
Drapeaux des états membres de l'ESA à l'entrée du CSG

Les missions du Centre spatial guyanais s'inscrivent dans les objectifs poursuivis par l'Europe en matière de transport spatial.

Garantir à l'Europe un accès indépendant à l'espace

En 1973, les pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) entérinent la nécessité de disposer d'installations de lancement propres. La décision est alors prise de les construire au Centre spatial guyanais, alors propriété de la France placée sous la responsabilité du CNES. Opérationnel depuis 1968, le CSG est choisi comme lieu d'accueil du projet de lanceur européen, Ariane. 

Occuper une place de premier plan sur le marché mondial des services de lancement

Pour permettre à l'Europe de maintenir sa place d'acteur majeur des services de lancements, l'Agence spatiale européenne met ses lanceurs et ses installations à disposition d'Arianespace. Créée par le CNES en 1980 pour répondre à la demande de lancements commerciaux, l'entreprise opère et commercialise les lancements d'Ariane, Soyouz et Vega depuis le CSG.

 

Le CSG envoie des programmes européens

Dans le cadre d'un accord conclu entre l'Agence spatiale européenne et le gouvernement français, le CSG est le port spatial de l'Europe : l'ESA utilise le CSG en tant que base de lancement pour ses lanceurs Ariane et Vega mais aussi pour ses programmes et satellites.

L'ESA est responsable de la construction d'Ariane et Vega. Elle a confié la réalisation du développement des lanceurs au CNES dans le cadre des programmes Ariane 1 à 5, à Arianegroup pour Ariane 6, et à Avio pour le lanceur Vega.

De nombreux programmes et satellites européens remarquables ont rejoint l'espace depuis le CSG. Parmi eux :

  • BepiColombo (lancé en 2018), partie explorer la planète Mercure
  • Galileo, (12 lancements entre 2005 et 2018), le système de positionnement par satellite européen
  • Aeolus (2018), qui étudie les vents et leur action sur le climat
  • Rosetta (2004), la 1ère sonde à approcher puis placer un atterrisseur sur une comète
  • Gaia (2013), satellite qui a réalisé la 1ère carte 3D de la voir lactée
La sonde BepiColombo lors des opérations de préparation au lancement, dans les salles blanches du CSG
La sonde BépiColombo en préparation dans les salles blanches du CSG

 

Coopérations avec des pays européens

Base de lancement de lanceurs et satellites développés par des institutions et des clients européens, le CSG est un lieu d'accueil privilégié pour les projets en coopérations. De nombreux satellites européens ont été lancés depuis la Guyane. De nombreuses coopérations sont par exemple menées avec l'agence spatiale italienne.

Des entreprises européennes travaillent au CSG

Le Centre spatial guyanais étant majoritairement financé par la totalité des 22 États-membres de l'ESA, un principe de retour géographique s'applique. Les entreprises européennes peuvent répondre aux appels d'offres du CSG depuis 1975. Ainsi, parmi les sociétés travaillant au sein de la base spatiale, plusieurs sont originaires de pays d'Europe autres que la France. En savoir plus sur les entreprises du CSG.

Un devoir des pays de l'UE

Depuis la signature du traité de Lisbonne en 2007, la politique spatiale figure dans les responsabilités de l'Union européenne, qui développe des programmes pour répondre aux demandes institutionnelles et commerciales de l'Europe.