16 Décembre 2020

Signature du contrat pour la modernisation du CSG

Le CNES et l'ESA signent le contrat de maintien en conditions opérationnel des installations du CSG pour la période 2020-2024.

Mercredi 16 décembre 2020, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Johann-Dietrich Wörner, Directeur Général de l’ESA, ont signé le contrat pour la rénovation et la modernisation du Centre spatial guyanais pour 2020-2024. Ce contrat est la concrétisation des décisions prises lors de la Conférence ministérielle de l’ESA tenue à Séville en novembre 2019.

Un financement total de 759 millions d'euros

Les montants engagés sont alloués à deux domaines principaux :

  • 413 millions d’euros pour le maintien en condition opérationnelle de la base : fonctionnement, maintenance et traitement des obsolescences ;
  • 93 millions d’euros, pour le programme de rénovation profonde et de modernisation, appelé CSG Nouvelle Génération.

S’ajoute un financement du CNES de 206 millions d’euros pour le maintien en condition opérationnelle et de 47 millions d’euros pour le programme de modernisation, portant la part de la France à 56 % du financement.

Le CNES est également chargé d’assurer la sauvegarde et la sécurité afin de protéger les personnes, les biens et l’environnement contre tout dommage, dans le respect des lois et règlements internationaux et français en vigueur.


CSG 2000, le dernier programme de rénovation du CSG, s'était tenu il y a 25 ans. Il accompagnait l'arrivée d'Ariane 5.

Les objectifs de modernisation

Cette opération majeure de modernisation permettra au CSG :

  • D'assurer la robustesse des infrastructures et ainsi, de sécuriser le fonctionnement de la base de lancement ;
  • De moderniser les installations et les processus, afin de gagner sur les coûts de maintenance et d’exploitation ;
  • D’accroître la flexibilité et l’adaptabilité des moyens pour répondre à l’arrivée d’Ariane 6 et de Vega C, ainsi qu’aux nouveaux besoins des clients : multi-missions, nouveaux types de charges utiles, optimisation des durées de campagnes ;
  • De réduire les coûts de fonctionnement et d’obtenir une plus grande efficacité énergétique. Ces réductions profiteront également à l’opérateur de lancement et aux industriels de production présents sur la base ;
  • De maintenir l’attractivité de la base, le niveau d’excellence attendu par l’Europe spatiale, d’offrir le meilleur niveau de qualité, fiabilité, disponibilité aux clients venus du monde entier et de préparer la base à l’arrivée des nouveaux acteurs issus du NewSpace ;
  • Enfin, d’améliorer l’accueil du public.

2/3La part de l'Europe dans le financement du CSG

Depuis 1975, les Etats européens membres de l’ESA contribuent au financement du CSG. Leur contribution est gérée dans le cadre de l’Accord entre la France et l’ESA et des Résolutions sur le financement de périodes successives de cinq ans, qui prévoient que tous les Etats membres de l’ESA (dont la France) financent 2/3 des frais de maintien en condition opérationnelle de la base, la France finançant directement le dernier tiers sur son propre budget.

Publié dans :